mardi 21 avril 2009

Camarade de Mittal Gandrange-Florange ceci va t'interesser...

"David Cowan is Vice-President and Head of Internal Communications at ArcelorMittal. "

Le fabuleux destin de...

Un ancien de clearstream gère la communication de crise de Mittal Gandrange. Et pas n'importe quel ancien. David Cowan, L'ex-Clearstream communiquant, poursuit sa carrière près de chez nous.

Le contexte. Nous sommes en octobre 2000. Ce n'est pas encore la crise. Les banquiers sont encore fréquentables et Clearstream pas encore une affaire.

Pour mieux comprendre, un peu d'histoire :

(Extrait de l'excellent film documentaire : "Les Dissimulateurs" De Denis Robert, 2001)

Denis Robert: Je fais le tour des anciens de CLEARSTREAM, susceptible de me parler du système. Ils sont méfiants, suite au passage quelques années plus tôt, d'un journaliste payé par André Lussi (ndlr André Lussi le dirigeant de Clearstream à l'époque. Clearstream est l'une des deux "banque des banques". )

Denis Robert: A l'époque vous aviez déjà peur d'André Lussi ?

Joseph Zimmers: Ah oui, Ah oui.

Denis Robert: Lui, c'est Joseph Zimmers un ancien dirigeant de CEDEL, aujourd'hui PDG de la Cetrel, une société spécialisée dans la fabrication, et le traitement des cartes bancaires.

Joseph Zimmers: C'était, quelqu'un m'a téléphoné, il a dit moi je suis un journaliste, d'un journal anglais...

Denis Robert: Cowan est ce journaliste que Lussi a débauché et que nous avons rencontré chez CLEARSTREAM. Il s'est servi d'une enquête pour le journal Euromoney, pour aider André Lussi à se débarrasser de cadres devenus gênants. Cohen est devenu directeur de communication de la firme. Coup de téléphone à un autre ex-salarié, qui nous dit de nous méfier.

Un témoin anonyme: Il faut savoir que le gars est assez dangereux

Denis Robert: Je sais, c'est ce qu'on me dit, on me parle même de dangers physiques de tout ça, mais bon, j'ai l'impression que c'est du mauvais roman çà, en tout cas...

Un témoin anonyme: Non, non, non, non, ça je peux vous assurer qu'il y a des pressions physiques qui ont été exercées par le bonhomme.

Denis Robert: Chez les anciens de CEDEL, l'animosité envers André Lussi est palpable. En 1992, Jacques Philippe Marson était le numéro deux de CEDEL, juste derrière Lussi, le nouveau PDG.

Jacques-Philippe Marson, PDG Securities & services BNP PARIBAS: De 89 à 92 je suis passé la bas. Je vous dis d'abord en âme et conscience d'abord je ne serai pas resté une seconde si j'avais eu connaissance de quoique ce soit de cette nature. J'ai eu connaissance d'élément, de pratique managériennes de Lussi, y compris de payer des journalistes de truc comme ça, et ça me dérangeait fortement, mais de la fraude, utiliser l'organisation, pour faire des grandes opérations de fraude, je n'en n'ai pas eu connaissance ou conscience une seule seconde, moi. J'étais quand même directeur général.

Denis Robert: Ce troisième homme, est un expert en comptabilité et en informatique, licencié par Lussi, le milieu bancaire luxembourgeois l'avait banni.

Un témoin anonyme: CEDEL ne vérifie pas. Les banques russes envoient des milliards. CEDEL ne vérifie pas, l'argent rentre dans le système, ça tourne une fois et c'est clean. A la place de leur argent sale ils ont des titres, qu'ils peuvent cacher dans chaque banque au monde. Et puis voilà. C'est ce qu'il a confirmé.

Denis Robert: Donc Clearstream c'est...

Un témoin anonyme: Absolument, ça sert aussi à faire des transactions normales mais, ceux qui veulent utiliser CLEARSTREAM comme lessiveuse, ils ont la meilleure lessiveuse du monde, ça c'est sûr.

(ndlr) Le lendemain de la sortie du livre Révélation$ (le bouquin sur Clearstream) André Lussi, le pdg, et David Cowan, ont été licenciés. Aujourd'hui, David Cowan est vice président (?) de la cellule de communication de Mittal et gère la fermeture du site de Gandrange-Florange Mittal. Clique ici mon ami, pour les détails. Tu découvriras un bien bel article d'un journal luxembourgeois qui ose poser les bonnes questions a David... Dont ce passage que je n'ai pas résisté a traduire pour toi.

The journaliste : Mr Cowan, vous êtes journaliste de formation, en quoi cette formation vous a t-elle aidé à passer a la communication ? (Mr. Cowan, you started as a journalist, how has that foundation in the media helped your career in communications?)

Mr Cowan : J'ai débuté en tant que journaliste financier et journalsite des technologies de l'information et j'ai été amené a écrire pour différentes banques ( ndlr :)) ). Je pense que de nombreux journalistes desirent, à un moment, passer de l'autre côté (...). Les journalistes développent une énorme capacité d"analyse.... etc etc...

“I started as an IT and financial journalist and from that went into writing for various banks. I think most journalists at some point would like to jump to the other side and see what it is like to be involved with running a company. Journalists develop very strong analytical skills, looking at all angles of a story and write what they hope is a very objective piece.

hé bé !

sources recoupement : "Les dissimulateur$" Denis Robert et Pascal Lorent 2001 BAC film / Paperjam.lu

Libellés : ,

1 commentaires:

Anonymous Anonyme a dit...

Philippe Val a France Inter, Cowan chez Mittal, et Plenel qui se refait une virginité de journaliste "indépendant" à Mediapart;

Vous ne trouvez pas qu'on retrouve un peu toujours les meme têtes partout vous ?

A croire qu'ils sont quand même difficiles a trouver, ceux qui savent aussi bien combiner manipulation d'information et flexion d'échine.

Des petits gars pleins d'avenir, je vous dit...

24 mai 2009 à 14:56  

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil